Dossier d’actualité

Voici un regard en profondeur sur certains enjeux et projets à risques si le gouvernement du Canada n’écoutent pas et n’utilisent pas La science à bon escient.

Sombre horizon pour la science spatiale au CanadaISS_from_space

Julie Payette, Chris Hadfield, Roberta Bondar et Marc Garneau sont tous des Canadiens propulsés à l’avant-scène par leurs réalisations dans le domaine de la science spatiale. Outre l’envoi d’astronautes dans l’espace, la science spatiale au Canada a à son actif un réseau d’observatoires, d’astronomes, de satellites, de chercheurs et d’installations qui contribuent tous sensiblement à la connaissance et à l’utilisation de l’espace céleste.

Or, à l’insu de la plupart des Canadiens, notre pays s’éloigne lentement de l’avant-garde internationale en science spatiale. Les politiques scientifiques du gouvernement, son absence de soutien à la recherche fondamentale et le sous-financement minent sérieusement nos efforts dans le domaine.

En savoir plus

 

Vue d’ensemble des assemblées publique (2013-2014): thèmes et enjeux

VancouverCrowd
Cet article donne un aperçu des premières assemblées publiques. À la fin, vous trouverez inclus une liste complète des assemblées publiques, les modérateurs, les panélistes et les institutions représentées.

En savoir plus sur les premières assemblées publique.

Une recherche en panne de financementresearch no hope of funding

J’effectue une recherche sur l’industrie des croisières internationales, plus précisémentsur les facteurs de risque associés à cette formule de vacances. Cette recherche est trèspertinente et utile si l’on considère que les Canadiens dépensent chaque année plus d’un milliard de dollars pour l’achat de croisières. Cependant, comme une recherche de ce genre ne se traduit pas par des retombées commerciales directes – et qu’elle dresse souvent un portrait critique de l’industrie des croisières –, elle a peu de chances d’être financée par les conseils subventionnaires fédéraux. Cela tient en bonne partie au choix du gouvernement de concentrer le financement alloué à la recherche dans les domaines qui ont une application commerciale ou qui répondent aux besoins de l’industrie.”

En savoir plus sur les domaines en panne de financement

Réduction du soutien à la recherche canadienne des soins de santé

donna wilsonLa recherche commerciale viable et la recherche qui appuie des intérêts commerciaux sont deux domaines ayant reçu, ces dernières années, plus de fonds que les autres. Les projets de recherche fondamentale nécessaires au développement des politiques futures en matière de santé ont pâti de cette nouvelle orientation donnée aux fonds de recherche, au profit de quelques domaines sélectionnés ayant le potentiel d’une rentabilité immédiate par rapport aux fonds investis. De plus, des sujets de recherche qui n’ont aucun intérêt commercial sont dépourvus de financement. Par exemple, la recherche liée aux services offerts aux personnes endeuillées, nécessaire pour les aider à se remettre sur pied après le décès d’un être cher, est un autre domaine de recherche largement sous-financé. Pourtant, le sujet n’a jamais été autant d’actualité, le nombre de personnes décédées devant doubler dans les dix ou vingt ans qui suivent.

En savoir plus sur la réduction du soutien à la recherche canadienne des soins de santé

Financement de la recherche fondamentale : Là où est dépensé l’argentChapman_Glenn (18)finsm

En ces temps de réduction budgétaire, il est commun pour certains politiciens de dire que la recherche universitaire doit aussi porter le fardeau. Pourquoi, demandent-ils, devrions-nous dépenser de l’argent pour satisfaire les caprices et la curiosité d’universitaires voulant approfondir certaines idées n’ayant pas d’objectif immédiat? 

En savoir plus sur le financement de la recherche fondamentale.

Les effets négatifs dépassant les « sciences dures »

David DevidiD’autres chercheurs et scientifiques se sont fait entendre, mieux que je ne pourrais le faire, sur les conséquences néfastes à long terme pour le pays du retrait du financement accordé à la recherche de base, alimentée par la curiosité. J’aimerais donc attirer l’attention sur d’autres volets de l’histoire.

Ce n’est pas seulement un problème de « sciences dures ». La capacité du Canada à mener le genre de recherches indispensables à toute société soucieuse de se gouverner de manière intelligente est compromise. Les mauvais changements apportés à Bibliothèque et Archives Canada – dont l’élimination des préposés à la recherche, la perte de l’ensemble de la collection et l’augmentation des coûts de la recherche – rendent le travail des historiens plus difficile. 

En savoir plus sur les attaques lancées contre les sciences sociales ainsi que les lettres et sciences humaines.

L’océanographie canadienne coule!

ocean science GSRLa devise du Canada, « D’un océan à l’autre », rappelle aux Canadiens et aux Canadiennes qu’ils sont entourés d’océans. Le littoral de notre pays s’étend sur 243 000 kilomètres de longueur et est par conséquent le plus long au monde.

Ressources naturelles Canada estime « qu’environ un tiers du produit national brut canadien est généré par des activités utilisant le littoral d’une manière ou d’une autre ». Le ministère des Pêches et des Océans affirme que « l’économie canadienne demeure étroitement liée à la mer », les retombées économiques se chiffrant à 126 milliards de dollars.

En savoir plus sur les attaques lancées contre l’océanographie et la recherche.


La région des lacs expérimentaux

LastFish06L’installation de recherche canadienne en eau douce de pointe est l’une des victimes des attaques du gouvernement fédéral contre la science et la recherche.

Créée en 1968, la région des lacs expérimentaux était le seul laboratoire extérieur mondial en milieu naturel dédié à la recherche en eau douce.

Au fil des ans, les travaux de recherche de milliers de scientifiques ont permis au Canada et au monde de comprendre les pluies acides, les effets des gaz à effet de serre, la pollution au mercure et la prolifération d’algues. La région des lacs expérimentaux a reçu de nombreux et prestigieux prix de recherche internationaux.

En savoir plus sur les recherches menées dans la région des lacs expérimentaux.

Le baîllonnement de la science publique

La science canadienne s’est politisée.

xcensci-frLes communications émises par les scientifiques du gouvernement fédéral et destinées au public sont étroitement contrôlées et découragées. Des scientifiques de certains ministères doivent recevoir une approbation avant de soumettre leurs études pour publication dans des revues.

Occulter la science pertinente et réduire les experts au silence – que ce soit en les empêchant de publier leurs recherches ou d’expliquer au public le fruit de leurs travaux – diminuent le débat public éclairé, les politiques publiques saines et la libre circulation des informations nécessaires aux progrès scientifiques. Le gouvernement canadien doit cesser de bâillonner ses scientifiques.

En savoir plus sur la manière dont le gouvernent du Canada bâillonne ses scientifiques et ses chercheurs.